Actualités

Inscrivez vous au flux RSS en cliquant sur l'icone ci-dessous pour être avertit des modifications dans l'actualité du site.

« Retour

08/11/2011 - Résultats du programme

Résultats du programme

L'ensemble des résultats et des connaissances disponibles sur l'espèce est rassemblé dans le guide technique de gestion et de suivi des populations de Vipère d'Orsini. Ce document est disponible sur l'espace membre du site.

Vous trouverez ci-dessous une synthése des résultats des cinq années du programme LIFE, vous pouvez également télécharger la plaquette Bilan et perpectives, celle-ci est accessible à partir de la rubrique communiquer.

CONNAITRE POUR PROTEGER

Mise à jour de la distribution de l'espèce

L'aire de distribution potentielle de la vipère d‘Orsini a été déterminée à partir des observations collectées depuis 1992, des données bioclimatiques et des données d'occupation du sol. Des prospections de terrain ont ensuite été menées sur l'ensemble des habitats considérés comme favorables à l'espèce. Ces prospections ont concerné à la fois les stations où l'espèce est présente afin de préciser la taille des populations et leur extension spatiale et les stations où l'habitat est considéré comme favorable mais où l'espèce n'était pas connue afin de rechercher de nouvelles populations.

Au total 620 jours de prospection ont été menés sur 18 sites.

L'espèce est présente  sur 13 sites qui se regroupent au sein de 7 grands massifs. La superficie totale couverte est de 8152 Ha, la plus petite station couvre 5 ha et la plus grande s'étend sur plus de 1500 Ha.

Les estimations de populations calculées sur la base des densités moyennes observées sur chaque site et multipliées par les superficies des habitats considérés comme favorables à l'espèce permettent d'évaluer la population française à environ 90 000 à 110 000 individus.

Diagnostic pastoral

Un inventaire des unités pastorales a été mené sur l'ensemble des sites d'intervention. Il a permis de recueillir les noms et les coordonnées des éleveurs et des bergers, la surface et le statut foncier des quartiers de pâture, les caractéristiques des troupeaux, les équipements à disposition et les principales contraintes. Des visites d'expertise entre expert pastoral et expert naturaliste sur 6 sites ont permis d'évaluer la compatibilité entre la gestion pastorale et les objectifs de conservation des habitats de la vipère d'Orsini.

Globalement, la gestion pastorale actuelle apparaît favorable au maintien de la qualité de l'habitat.

Inventaire et cartographie des barrières de pistes et des possibilités d'accès aux pelouses pour la pratique du hors piste

A partir des documents existants sur les sites (document d'objectifs Natura 2000), d'entretiens avec les gestionnaires et les usagers des sites et d'observations sur le terrain, l'ensemble des informations collectées sur les pratiques sportives et les équipements a été rassemblé et cartographié pour chacun des 8 sites. Deux sites d'intervention (montagne de Lure et Plateau de Caussols) ont fait l'objet d'un document synthétique fixant les propositions d'aménagements à réaliser au regard des menaces identifiées.

Analyse génétique

Des prélèvements de tissus (écailles) ont été réalisés sur 615 individus provenant de l'ensemble des populations françaises. Les résultats montrent que la variabilité génétique est faible au sein de chacune des populations sans qu'il soit permis de dire si cela constitue un risque pour l'avenir de l'espèce en France. Les comparaisons qui sont en cours avec d'autres populations européennes permettront de savoir dans quelle mesure cette faible diversité est originale. L'autre enseignement tiré de cette étude est la forte différenciation constatée entre populations. Cette différenciation, visiblement ancienne (plusieurs dizaines de milliers d'années) semblent s'être réalisée de façon quasi simultanée, sans doute lors d'une période chaude du quaternaire. Cette forte différenciation génétique entre population suggère l'existence d'adaptations locales d'ordre écologique ou physiologique.  

AGIR POUR CONSERVER

Coupes forestières et débroussaillements

Des coupes ont été réalisées sur 8 sites et des débroussaillements sur 4 sites pour recréer des milieux ouverts favorables à la vipère d'Orsini et étendre les surfaces d'habitats disponibles.

Ces interventions ont concernés des sites où persistent des milieux ouverts et qui sont directement menacés par la dynamique forestière. Préalablement des cahiers des charges ont précisé les zones d'interventions et fixés les recommandations à prendre en compte.

Au total 549.91 ha de milieux ouverts ont été réhabilités.

Mise en place d'un mode expérimental de gestion des milieux par le feu : le brûlage dirigé

Un brûlage dirigé expérimental a été mis en place sur un site pour lutter contre l'embroussaillement menaçant les habitats vitaux de la vipère d'Orsini.

Le mode de brûlage développé est une solution alternative à l'écobuage pratiqué traditionnellement, celui-ci représentant une menace pour les populations de vipère d'Orsini en provoquant une mortalité des individus. L'objectif est de réduire la couverture par l'avoine toujours verte et le genêt cendré tout en préservant la vipère d'Orsini et son habitat. Trois modes expérimentaux ont été testés.

Le brûlage s'est déroulé en hiver, après l'entrée en hibernation des vipères et les pluies d'automne, ayant rechargé suffisamment le sol en eau. Vingt hectares de pelouses ont ainsi été traités.

Les premiers résultats des suivis montrent en premier lieu qu'il n'y a pas d'effet direct des feux sur la survie des vipères, ceux-ci ayant été effectués pendant la période d'hibernation de l'espèce. Globalement, les brûlages sur sol humide (mi novembre à fin février) sont les mieux adaptés au maintien d'un habitat favorable à l'espèce, de la qualité du sol et du pâturage. En effet, la mise à nu du sol par les brûlages par temps sec entraîne une érosion plus rapide du terrain, surtout avec les fortes pentes impliquées. De plus, les hautes températures au niveau du sol favorisent le développement des plantes phyrophiles non appétantes telle que l'asphodèle et le brachypode.

Le brûlage « en mosaïque » (par patches de végétation) est le plus favorable au maintien de la qualité de l'habitat pour la vipère d'Orsini. En effet, il permet de sauvegarder des îlots contenant les pontes des criquets et sauterelles, ainsi qu'un minimum de végétation pouvant servir d'abri à la vipère. Ce mode de brûlage dirigé a donc été retenu dans les recommandations à appliquer lors de la mise en place d'une gestion par le feu sur les zones de présence de la vipère d'Orsini.

Suivi de l'évolution de la qualité de l'habitat et de la recolonisation des secteurs restaurés par la Vipère d'Orsini

L'évaluation de l'impact des actions de gestion (coupes forestières, débroussaillement) mises en place dans le cadre du programme a été réalisée grâce au suivi des habitats et de la recolonisation des espaces restaurés par la vipère d'Orsini

  • § La Caractérisation de l'habitat est effectuée au moyen d'indicateurs de qualité de l'habitat et d'un inventaire de la ressource alimentaire (orthoptères), avant et après les interventions de gestion sur huit sites.
  • § Le Suivi de la recolonisation par la vipère d'Orsini des espaces restaurés a été mené sur trois sites; deux méthodes ont été utilisées: la pose de plaques qui permet de révéler la présence de vipère et la pose d'émetteurs sur les vipères pour suivre individuellement leurs déplacements.

 Globalement, les indicateurs de qualités de l'habitat et de la ressource alimentaire sont positifs sur 7 sites (augmentation du nombre de plantes indicatrices d'un milieu favorable à la vipère d'Orsini et augmentation du nombre d'orthoptères après travaux). Deux modalités de travaux sont toutefois à proscrire : l'abandon sur place des branchages et le broyage qui bloquent le développement de la strate herbacée et favorisent la repousse de jeunes ligneux. Les résidus des coupes (branchages) doivent donc être extraits ou par défaut être restreints au minimum (brûlage et/ou mise en tas sur des aires peu favorables aux vipères).

D'après le suivi de la recolonisation après restauration, les vipères d'Orsini utilisent un site restauré ; pour les deux autres sites la faible densité de vipère d'Orsini combiné au peu de temps écoulé depuis les interventions ne permettent pas de conclure sur l'effectivité de la recolonisation. 

Restauration des habitats de la vipère d'Orsini et pastoralisme

Un document de référence pour la mise en œuvre d'une gestion favorable au maintien des habitats de la vipère d‘Orsini a été transmis aux animateurs des sites Natura 2000. Il préconise notamment un pâturage tardif au printemps, des parcs de pâturage de taille suffisante (de l'ordre de 25 ha pour une charge de 500 brebis), et, lors de l'installation de nouveaux parcs, l'utilisation de zones peu favorables à la vipère telles que les grandes pelouses sans buissons ou les zones très embroussaillées.

Surveillance-sensibilisation-formation

Trois sites à forte fréquentation humaine (Mont Ventoux, Montagne de Lure et Préalpes de Grasse) ont fait l'objet d'un renforcement de la surveillance et de l'information pendant la période d'activité de la vipère et lors des périodes d'affluence touristique au printemps et en été. Elle a été assurée par des agents assermentés de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage.

Aucun comportement suspect n'a nécessité de contrôle ; toutefois 9 procédures ont été établies pour circulation avec un véhicule à moteur en espaces naturels en dehors des voies ouvertes à la circulation.

Les sorties de surveillance ont surtout été mis à profit pour sensibiliser le public, notamment lors du passage au Mont Ventoux en 2009 du Tour de France cycliste et du Tour cycliste amateur (Mondovélo).

Sur le site du Mont Ventoux, le Syndicat Mixte d'Aménagement et d'Equipement du Mont Ventoux, en relais des agents assermentés de l'Etat, a assuré le renforcement de la concertation locale et la sensibilisation sur le site. Une étude destinée à évaluer quantitativement et qualitativement la fréquentation touristique des lieux et une enquête sociologique sur les comportements et les représentations du public face à la vipère d'Orsini ont ainsi été réalisés. Quarante journées d'observation et d'enquête ont permis de mieux appréhender le comportement des usagers et des usages sur le site. Les enquêtés sont favorables à la conservation de la vipère d'Orsini et de son habitat et souhaitent obtenir plus d'informations pour mieux la respecter et la protéger.

Formation

 Afin de répondre au manque de connaissance sur la vipère d'Orsini, 7 formations à destination des agents de terrain sous forme de séance théorique et pratique ont été effectuées pour les former à la reconnaissance de la vipère d'Orsini, à son écologie et à la conduite à tenir en cas de prélèvement illégal.

 

COMMUNIQUER

 Comme nombre de serpents, la vipère d'Orsini, bien qu'inoffensive, souffre d'une mauvaise réputation. Le volet communication s'avère indispensable afin de développer une meilleure connaissance de l'espèce, de sensibiliser le public et les usagers du territoire à son caractère patrimonial et à ses problématiques de conservation.

Différents outils de communication ont été mis en place en ce sens tout au long du programme :

Auprès des acteurs locaux

Une brochure de présentation du programme, éditée en français (3000 exemplaires), en anglais (500 exemplaires) et en occitan alpin (500 exemplaires) ainsi qu'une lettre d'information annuelle ont été réalisées afin de présenter le programme et de tenir informé de son état d'avancement et de ses principaux résultats. Trois réunions de concertation ont été menées sur chacun des huit sites Natura 2000 pour, dans un premier temps, présenter le programme, puis un bilan à mi-parcours et enfin restituer les résultats.

Dans ce cadre, un partenariat original a été mis en place avec un brasseur local ce qui a permis la création d'une bière bio à l'effigie de la vipère d'Orsini. De plus, des rencontres de terrain avec les éleveurs et les bergers des sites ont permis de leur transmettre un document d'information sur la vipère d'Orsini et leur rôle dans la gestion de son habitat.

Auprès des gestionnaires d'espaces naturels et des scientifiques

Un guide technique de gestion et de suivi des populations de vipère d'Orsini, édité en français et en anglais, rassemble les connaissances les plus complètes possibles sur l'espèce et procure des éléments pratiques pour la réalisation d'interventions de gestion et de conservation.

D'autre part les résultats et les expériences acquises ont pu être transmises aux scientifiques et partenaires européens oeuvrant pour la conservation de la vipère d'Orsini à l'occasion de différents voyages d'étude et de conférences. En particulier lors de l'atelier de travail européen organisé en 2008 à Auzet (04) qui a réuni 48 participants de treize pays différents où la vipère d'Orsini est présente ; et de voyages d'études (Italie, Hongrie) ou de l'accueil d'équipes étrangères sur les sites français.

Auprès du grand public

La réalisation de conférences, d'animation auprès des scolaires, d'une exposition itinérante composée de 11 panneaux, de 3 panneaux extérieurs d'informations mis en place sur trois sites à forte fréquentation touristique (Mont Ventoux, montagne de Lure et Préalpes de Grasse) a permis de sensibiliser tout au long du programme les habitants et les usagers des zones concernées par le projet.

Ce dispositif a été complété par la diffusion d'une plaquette de reconnaissance de l'espèce (8500 exemplaires) et d'une affiche sur les serpents des montagnes de Haute Provence (500 exemplaires).

Enfin la mise en ligne d'un site Internet et la réalisation d'un film sur la vipère d'Orsini autorisent une communication encore plus large sur l'espèce et le programme mené.

Au fil de l'actualité du programme au cours de ces cinq années, 10 articles sont parus dans la presse régionale et 7 dans la presse nationale.


Envoyer cette page par mail

« Retour

25/06/2014 - Prospections 2014 vipère d'Orsini - Appels à bénévoles

Un appel à bénévoles dans le cadre du Plan National d'Actions en faveur de la Vipère d'Orsini (2012 – 2016) pour réaliser des suivi...

NATURA LIFE
contact

ARPE : 04 42 90 90 55 - t.fourest@arpe-paca.org
CEEP : 06 88 28 74 68 - vipere.orsini@ceep.asso.fr

ARPE